Accueil > Fabrique de biens communs > Le projet, le bâtiment et son histoire > Du chantier de construction à la végétalisation...

Du chantier de construction à la végétalisation...

mercredi 13 mars 2013, par baraka

Du chantier de construction à la végétalisation des façades, tout est pensé pour que Baraka ait un impact positif sur le confort et la santé de ses utilisateurs comme de ses riverains.

Température

Tout le système de chauffage de l’immeuble, par le soleil et par l’inertie des matériaux permet d’avoir une chaleur diffuse, transmise par rayonnement, qui ne provoque pas de mouvements d’air par convection (qui soulève les poussières). L’inertie thermique des espaces sera dessinée et conçue de façon à obtenir une température constante.

Qualité de l’air

Réalisés avec des matériaux perspirants, jouant le rôle de volant hygrothermique des espaces, l’immeuble Baraka sera plutôt sec, afin d’éviter des sensations de froid en hiver et de chaud en été. L’usage abondant de matériaux naturels ou peu transformés, l’absence de matériaux couvrants issus de la pétrochimie permet d’amoindrir la pollution intérieure en composés organiques volatils et en formaldéhydes. La ventilation permettra aussi un renouvellement de l’air intérieur, et le choix du système sera déterminé entre autre par sa capacité à garantir un air neuf de qualité.

Chantier

Le mode constructif bois et paille sera mis en œuvre en technique sèche, et les travailleurs professionnels ou en formation ne seront pas amenés à mettre en danger leur santé — moyennant le respect des précautions conventionnelles et de la discipline du chantier propre — car les matériaux employés ne dégagent pas de poussières nocives lorsqu’on les découpe ou n’irritent pas la peau lorsqu’on les manipule.

Impact sur l’environnement immédiat, confort et santé de nos voisins

Le fait que l’immeuble soit un puit à carbone, que ses espaces soient confortables et sains, et que le chantier génère des nuisances limitées ne nous suffit pas. Non seulement nous comptons sur cet immeuble pour dynamiser la vie du quartier et sur son mode constructif pour faire des émules à Roubaix, mais nous concevons l’immeuble comme un lieu qui va objectivement contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air alentour.

Ainsi, l’abondante végétation que supporte la construction aura cinq effets (au moins physiques) sur l’environnement proche :

  • Absorption du rayonnement solaire (réduction du phénomène d’ilot de chaleur urbain et des pollutions qu’il exacerbe, diminution de l’albedo de la ville).
  • Fixation des poussières par les plantes et leur substrat
  • Augmentation de la biodiversité (les oiseaux y trouveront d’ailleurs à manger)
  • Régulation de la descente des eaux de pluie vers les canalisations en cas d’orage : Baraka absorbe l’eau dans sa toiture et dans la cuve de récupération de l’eau. En cas de sur-verse dans le réseau de la ville après un orage, celle-ci interviendra avec un retard apprécié.

Optimisation du confort visuel

Les espaces de vie de Baraka seront, nous l’avons dit, abondamment éclairés. La taille des baies permettra de bénéficier de la lumière naturelle jusqu’aux dernières heures du jour, et ce malgré les ciels voilés auxquels les gens du nord sont habitués.

Il importera aussi d’éviter l’éblouissement les jours de soleil. Pour ce faire, un dispositif de protection solaire existe, intégré dans la modénature des façades. En plus, la couleur des murs sera choisie en fonction de son exposition à la lumière du soleil : les murs plutôt à l’ombre seront très clair, tandis qu’un mur qui prend le soleil sera coloré de sorte à absorber la lumière (et la chaleur d’ailleurs).

Une fois l’étude de l’optimisation de la lumière naturelle dans les espaces de l’immeuble — qui dépend des modes d’occupation des espaces- aboutie, nous travaillerons la disposition et la nature de l’éclairage artificiel qui prendra le relais pour permettre à l’immeuble de vivre les soirées d’hiver et la nuit.

Portfolio